Actions

Work Header

Survive for a life

Chapter Text

Dans ce monde, il existe quatre espèces, regroupés selon leurs rang, leur hiérarchie, leur race. Chacune d'entre elles ont une importance significative qui intéressent les chercheurs en particulier. Ces chercheurs, qui font partie d'une grande société, sous le nom des "Scientifiques", étudient depuis des générations, l'origine de trois espèces qui cohabitent avec les êtres humains: les Alphas, Bétas et Omégas. On peut facilement les reconnaître grâce à leurs tatouages, qui sont différents par rapport à leur race. Les Scientifiques ont réussi après des années de recherches, à déterminer l'importance de leur rang, leur rôle précis, au sein de la communauté. Mais ils utilisent ces bêtes, pour répandre la terreur, la dictature, car cette société est reconnue pour être l'une des plus redoutés... Le laboratoire des Scientifiques, il en existe qu'une, et elle se trouve en plein cœur du Japon, dans une ville où la peur y règne en tant que maître. Les citoyens reconnaissent facilement les chercheurs, avec leur blouse blanche et leur bandage bleu et rouge sur le bras, accompagnés de deux bétas chacun. Chaque année, les Scientifiques, avec leurs bétas, partent vérifier chacune des maisons de la ville, pour embarquer les enfants, dont leurs races n'est pas humaine. Les alphas sont utilisés pour faire dominer la société à travers le pays, les bétas, eux sont les "chiens" de gardes des Scientifiques, et les omégas sont utilisés, comme un objet sexuel pour les alphas. Les citoyens ne savent qu'une chose à propos de ces bêtes: les alphas sont des mâles, les bétas sont des mâles et des femelles, et les omégas sont des femelles.
Il y a des années, les deux parents, Matsuzo Matsuno et Matsuyo Matsuno, avaient donnés naissance à des sextuplets, ce qui est un cas très rare pour une famille. Matsuyo, avait alors appelé ses enfants Osomatsu, Karamatsu, Choromatsu, Ichimatsu, Jyushimatsu et Todomatsu. Les parents étaient fiers de leurs enfants, tous les deux pensaient qu'ils étaient comme eux, des êtres humains...mais ce qui allait bientôt suivre ne sera plus comme avant. Leur destin allait devenir......un enfer.
Aujourd'hui, les six frères ont 6 ans, et passent le plus de temps à jouer...et à se chamailler. surtout Osomatsu et Choromatsu, pour une simple peluche. Matsuyo et Matsuzo s'amusent toujours lorsqu'ils remarquent leurs enfants en colère pour n'importe quel objet.

"Chérie, regarde comme nos enfants sont heureux, tu ne trouves pas ?"
-"Oui, je suis tellement fière d'eux, ils grandissent tellement vite...Si seulement ils pouvaient être heureux, sans problèmes..Même si ils sont là, avec nous, je m'inquiète pour eux.."
-"Voyons, pourquoi tu dis de telles choses Matsuyo? Il ne va rien leur arriver, j'en suis sûr. Qu'est ce qui t'inquiète?"
-"Tu sais...Les Scientifiques...Je redoute ce moment...Où ils vont venir pour nos enfants, et..."
-"Chutttt..N'y pense pas. Ils resterons avec nous, sains et sauf. Je ferai en sorte de les protéger..Ne t'inquiète pas."

Matsuzo embrasse alors le front de son amour et pars allumer la télévision pour aller regarder l'actualité du jour. Depuis une semaine, rien de spécial se passe; ce qui peut d'un côté rassurer le peuple. Pendant que l'actualité montre un reportage sur les animaux sauvages en liberté, celle ci s'interrompt pour laisser place à un message de propagande de la part des Scientifiques: "MESSAGE IMPORTANT, MESSAGE IMPORTANT! Dès ce soir, à 20 heures, aura lieu la visite des Scientifiques, comme chaque année, pour la récolte de vos enfants..! Nous vous attendons avec impatience..~ ♥" Sur les derniers mots de ce message, le reportage repart normalement, comme si de rien n'était.
Matsuyo et Matsuzo restent pétrifiés, sous le choc, après avoir entendu cette menace des Scientifiques. Soudain, les deux parents entendent leurs voisins affolés, qui hurlent de panique, essayant à tout prix de cacher leurs enfants dans leur maison...qui eux, ne comprennent pas. Tout le monde est au courant, de ce fameux message, que le corbeau aurait envoyé pour signer l'arrêt de mort de leurs protégés. Désormais, ils ne peuvent plus fuir, il est déjà 19h30...et dans peu de temps..ils arrivent. Les familles réagissent tous comme des moutons; ils prennent alors le même réflexe: cacher leurs enfants chez eux, puisqu'ils pensent qu'ils ne les verrons pas..mais les bétas peuvent les sentir...
Matsuzo et Matsuyo réfléchissent encore, et encore pour parvenir à protéger leurs sextuplets...Ils ne veulent pas les cacher dans chacune des pièces de leur maison..puisque les bétas pourrons les retrouver. La pendule indique 19h45. Matsuyo, prise dans un sentiment de tristesse..décide de choisir, ce qui est pour elle, la seule solution:

"Matsuzo, on a pas le choix.."
-"Que veut tu dire, chérie..?"
-"Aide moi à prendre nos enfants, il faut le faire."
-"Pourquoi prendre nos enfants ? Que veut tu faire ??"
-"Matsuzo, on est obligés..même si ça fait..mal."
-"Matsuyo..me dis pas que..."
-"C'est la seule solution...si on veut sauver..nos enfants...pardonne moi..."

Matsuzo commence alors à pleurer, ayant enfin compris le but de Matsuyo. Ils prennent alors leurs enfants, ouvrent la porte de leur terrasse, qui mène au jardin, et sortent de leur endroit pour courir le plus vite possible dans la forêt, sans s'en rendre compte, qu'ils viennent d'oublier de prendre un de leurs enfants. Les ronces dans le sol griffent les jambes des deux parents, qui malgré la douleur, continuent à courir. Plus tard, arrivés dans une clairière, les deux parents déposent leurs enfants avec douceur. Pleurant de désespoir, avec le coeur brisé, Matsuzo et Matsuyo repartent rapidement, en disant leur dernier mot: "Au revoir.." Ils ont fini par faire un choix, qui était uniquement pour leur bien..abandonner les sextuplets.
Après être rentré dans leur lieu, les deux parents s’effondrent et pleurent, en se disant que plus jamais ils ne reverrons leurs sextuplets. Cette fois çi, ils ne peuvent plus reculer, il est trop tard. 20h00 s'affiche dans la pendule, et la descente aux enfers se fait sentir. Les Scientifiques mobilisent toute issue possible, ainsi que les routes, pour que personne ne s'y échappent. Avec leurs bétas, ils frappent dans chacune des maisons pour s'emparer de tous les enfants non humain. Pour la société, cette soirée est comme..une soirée d'Halloween. Peu à peu, la ville se change en un déluge de feu, de souffrance et de sang. Les enfants humains sont tués et dévorés par les bétas.. car pour ces bêtes, les enfants humains ne sont.. que du bétail. Les maisons brûlent, pour faire disparaître les souvenirs, les parents hurlent, traumatisés par la perte de leurs enfants. Pour ces citoyens, tous innocents les uns les autres, ils sont anéantis, détruits pour toujours. Ils ne pourrons jamais s'en remettre.
C'est alors, que viens le tour....de la famille Matsuno. Les parents sont angoissés, ils ne savent pas si ils seront vivants..ou même, probablement morts. Seul leur destin en décidera. Un membre des Scientifiques, blond, avec les yeux bleus, arrive soudainement avec ses deux bétas au pied de leur porte. C'est alors qu'il frappe. Matsuzo décide, avec ses mains tremblotantes, de lui ouvrir la porte.

"Bon-bonjour."
"-Ahhhhhh enfin des gens respectueux envers moi, je suis tellement content~"

Le Scientifique lui fit un sourire narquois, preuve que ce jeune homme est un dangereux psychopathe, et entre.

"Hum hummm, vous devez sûrement vous doutez, pourquoi je suis ici, hein? Et bien, c'est tellement simple...vous n'avez juste qu'à répondre à une de mes questions, et si vous le faites, je vous laisserez la vie sauve~♥"
-"Très bien..posez nous cette.....question."
"Ahhhhhhh je savais que vous seriez adorable avec moi ! Et maintenant......où sont vos gentils petits enfants? ♥"
-"Quels enfants..? Nous n'avons jamais eu d'enfants, voyons..."

Matsuzo se méfie du Scientifique, qui le regarde avec un visage malsain. Les deux bétas se mettent à grogner.

"Ecoutez, mon mari ne dit que la vérité; nous n'avons jamais eu d'enfants. Croyez nous, je vous en supplie.."
-"FERME LA! J'en ai déjà entendu des excuses comme celle ci; et j'en suis persuadé...vous mentez, comme tous les anciens voisins du quartier. Pffft..puisque vous n'êtes pas décider à dire la vérité...Bétas ! Fouillez chaque pièces, je veut voir ces enfants...!"

Sous les ordres du Scientifique, les deux bétas redressent leurs oreilles de loup, et détruisent chaque meuble pour parvenir à trouver ces fameux sextuplets. Cuisine, Salon, salle de bain...tout y passe! Devant leurs yeux, les deux parents regardent avec horreur leurs mémoires disparaître. Matsuyo,en regardant le sol, se met à hurler et à pleurer, en voyant la photo de ses enfants, cassé. D'un coup, les deux bétas grattent au pied de la porte..celle de la chambre des sextuplets. Le Scientifique marche en se dirigeant vers la porte, et ouvre. Matsuyo et Matsuzo accourent alors vers la chambre, paniqués par la découverte que le Scientifique va faire.

"AH ! JE LE SAVAIS, VOUS M'AVEZ MENTI! Comment pouvez vous m'expliquez...cette chambre humm?"
-"Je.....Je.."
-"MAINTENANT FOUTEZ NOUS LA PAIX! ON NE VEUT PLUS VOUS VOIR! VOUS AVEZ DEJA DETRUIT TOUT NOTRE BIEN, ET VOUS VOULEZ ENCORE PLUS NOUS DÉTRUIRE?! DÉGAGEZ MAINTENANT, OU JE VAIS INTERAGIR PAR LA VIOLENCE!"
-"Oh..mais c'est que le mari veut se défendre hein..? Pffftt...HAHAHAHAHAHAHHA, OH PUTAIN QU'EST CE QUE JE M'AMUSE! Mais voyons, vous m'avez menti..donc, il faut bien que je me venge non? Sachez, que je ne partirai pas, tant que je n'aurais pas trouvé vos précieux enfants..."

Soudain, le Scientifique, les bétas et les parents entendent le bruit d'un enfant, au dessus de l'armoire, qui pleure.

"Tiens donc.....j'ai enfin retrouvé..votre..ou plutôt devrais-je dire..mon précieux~♥"
-"OH MON DIEU ICHIMATSU!"
-"Et merde, j'ai oublié de le prendre...quel con je suis.."
-"Je peut confirmer que vous êtes un gros con, pitoyable humain....bétas, aboyez! Trois pour un Alpha, deux pour un Béta, un pour un Oméga!"
Les deux bétas grognent, reniflent et aboient deux fois. Le Scientifique se réjouit de sa belle découverte.
"Hummm..je vois que ce petit garçon est un béta...c'est une grande surprise, j'en suis ravi~♥"
-"S'il vous plaît, ne prenez pas Ichimatsu! C'est notre seul espoir, on ne peut pas le perdre!"
-"Bétas! Attrapez le, je veut ce béta vivant!"
Avec rage, les deux bétas se dirigent vers l'armoire et commencent à la détruire pour prendre ce fameux béta. Ichimatsu, terrorisé, saute de l'armoire et part se réfugier vers un trou, qui mène vers la sortie. Les deux bétas, malgré leurs efforts, ne parviennent pas à l'attraper, et repartent, décus, vers leur Scientifique.
"Ohhh vous ne l'avez pas attrapé? Hum, quel dommage...J'aurais aimé le prendre avec moi, c'est triste..Bon, je crois que j'ai eu assez d'émotions pour ce soir..et vous venez de faire perdre mon temps..J'aurais pû vous donnez la vie sauve, mais..puisque vous n'êtes que des incapables..."
-"Par pitié.....non....."
-"Vous n'allez pas......"
-"Bétas! Tuez moi ces misérables! Ces menteurs ne méritent pas..de vivre..ahah...AhAhAhAhAh...AHAHAHAAHAH!!"
Sous le rire sadique du Scientifique, et devant ses propre yeux...Ichimatsu, avec horreur, vit ses deux parents, tués, massacrés comme du bétail, par ces bétas, assoiffés de sang.
Ichimatsu en pleurs, et traumatisé, ne réussit à dire qu'une phrase: "Maman.....Papa.....?" Le Scientifique, après avoir commis ce désastre, le regarda avec un visage de dégoût, de rage. Ichimatsu, apeuré, courut en vitesse, et se dirigea dans la forêt. Il se met à suivre des traces de pas, et pleure, en ayant en tête, ses parents morts vidés de leur sang. Après plusieurs minutes de fuite, Ichimatsu retrouva ses frères, qui dormaient, inconscients de ce qui c'est produit cette nuit. Ichimatsu, se couche près de ses frères, faible, et regarda la lune blanche briller à travers la forêt. Pour dire un dernier au revoir, il se mit à hurler, à pleurer, et se coucha, pour dormir...en se disant qu'il les avait perdu... à jamais.

Chapter Text

Quelques années plus tard...

La forêt est plutôt calme, pour une matinée qui se déroule sous un nouveau jour. Les oiseaux chantent, le vent souffle sur les grands sapins qui dominent sur ces terres..pour les prédateurs tel que les loups, c'est le moment idéal pour partir chasser du gibier en tranquillité. Justement, un attaquant s'est réveillé de bon matin pour aller déguster une petite proie. Ce chasseur, avec une vue perçante n'est autre que Osomatsu, l'aîné majeur de ses frères, le leader. Pour lui, la chasse n'est qu'une perte de temps, c'est tellement facile d'aller chercher un appât pour se servir tout seul, avec l'aide de personne. Depuis quelques temps il est affamé, et il n'est pas question d'aller partager son déjeuner avec ses frères...

Après une bonne heure de recherche dans les bois, Osomatsu trouve finalement un lapin, qui est sûrement en quête de nourriture. Cette fois ci, il ne peut pas rater cette occasion. Il doit le tuer, c'est sa seule chance. Mais pour avoir une aubaine, il faut être vif, avoir de la stratégie. C'est ainsi qu'il décide de prendre la simplicité: se faufiler dans un buisson pour ne pas être vu. Osomatsu, après s'être caché, patiente en espérant choper son futur repas. La forêt se mêle alors à un grand silence, pendant quelques minutes. Sur ce calme, Osomatsu bondit sur sa proie mais la manque, en retombant sur le sol. Il se relève avec fermeté, et sprinte en poursuivant le lapin, qui a déjà pris une longueur d'avance sur lui. La pauvre bête, essoufflé s'abrite dans un tronc d'arbre pour ne pas se retrouver dans la gueule du loup. Le tueur, arrivé comme prévu, gratte sur le bois et renifle dans le trou pour sentir l'arôme de son gibier, mais ne parvient pas à l'avoir. Il tourne en conséquence autour du tronc d'arbre pour trouver une solution. Pendant qu'il a le dos tourné, un pillard attrape le lapin par la force de ses mains et le tue en l'étouffant. En repartant, il s'arrête net; son grand frère l'a remarqué:

Toi..!
-Oh, désolé mon noble camarade, mais la règle est tel quel: "Premier arrivé, premier servi~"
-Grrr...KARAMATSUU !!

Non; l'aîné ne pouvait pas laisser le second frère repartir en douce avec son repas encore frais. Ce serait lui voler la vedette, quelle honte.. Osomatsu, se concentrant uniquement sur Karamatsu, court et prend un raccourci pour mieux l'atteindre.
Pendant ce temps, le cadet marche calmement, ravi d'avoir attraper quelque chose à se mettre sous la dent. Mais ce plaisir n'allait pas durer. Alors que Karamatsu siffle une mélodie, Osomatsu l'attrape par surprise et le plaque contre un arbre, en tentant de reprendre ce qu'il lui a été volé.

RENDS MOI CE LAPIN, SALE ESCROC!
- LÂCHE MOI TÊTE DE GLAND AVANT QUE JE TE MORD!

Les deux chasseurs se chamaillent et se frappent le ventre, pour récupérer leur casse-croûte, et pour montrer leur dominance. Mais Karamatsu glisse soudainement vers le vide, en entraînant son frère là dedans. Ce n'était pas très intelligent de leur part. Ils roulent précipitamment en se prenant les pierres et les morceaux de bois sur le sol. Ce fut très douloureux pour leur dos, marqué par des griffes et des bleus.

Tout en bas se trouvait une clairière, avec un grand chêne, situé au centre de cette plaine. Cette clairière, n'est autre que l'abri, là où se trouve les autres frères. Tandis qu'ils se prélassent au soleil en attendant l'heure du déjeuner, Jyushimatsu redresse sa tête et aperçoit Karamatsu et Osomatsu en train de défiler la pente.

A-ATTENTION!

Jyushimatsu s'élance sur le côté, laissant passer les vieux boulets à toute vitesse; jusqu'à ce qu'ils s'écrasent sur Choromatsu, le troisième frère. Todomatsu, ébahi, se mit à glousser tel une andouille; de même pour le cinquième frère. Choromatsu, de fureur se redresse et se pointe vers les deux aînés, qui n'ont pas l'air d'avoir compris la situation.

DITES DONC! Vous pouvez regardez où vous allez, bon sang! J'ai failli être écrasé tel un écureuil par deux idiots comme vous!

Osomatsu et Karamatsu, n'ayant toujours pas compris, se regardent, et se battent pour la même histoire.

STUPIDE TÊTE DE GLAND C'EST MON REPAS, DÉGAGE OSOMATSU!
-EEHHH??! C'EST TOI LA TÊTE DE GLAND GROS CON! JE L'AI EU AVANT TOI!

Ayant assez de voir les deux frères se chamailler, Choromatsu vis le lapin et le pris en étant satisfait.

Ah, vous voyez? Vous avez pu nous ramenez quelque chose à manger, je vous en remercie! On le partagera tous ensemble, entre sextuplets!
- Eh?...EHHH NOTRE LAPIN!

Ce fut perdu d'avance pour Osomatsu et Karamatsu, eux qui espéraient tant pouvoir manger à leur faim, sans avoir recours au partage. Dommage, peut être que la chance leur tombera dessus une prochaine fois. Au moins, ils auront déjà quelque chose à savourer.
Après avoir été servis par leur frère, chacun d'entre eux dégustent leur morceau de viande avec délectation. Tous, sauf Ichimatsu, qui n'a pas mangé sa part, ni même un bout. Inquiet, Choromatsu se dirige vers son jeune frère et s'assoit à côté de lui.

Ichimatsu...vous ne voulez pas manger la part que je vous ai donné?
-.....Non. J'ai pas faim, mais merci.
-V-Vous êtes sûr que ça va..?
-Oui, ça va. Ne t'inquiète pas pour moi. Au fait, ma part je la donne à mon stupide frère, Kara.
- PARDON?? Tu me donne ta part??

Choromatsu, anxieux par rapport à Ichimatsu, repart doucement, sans dire un mot, pendant que Karamatsu mange le repas de son quatrième frère, et que Osomatsu bondit sur le cadet pour avoir une autre part. Pour Ichimatsu, la douleur est insupportable, rien qu'à l'idée de l'odeur que dégage la nourriture, il s'en rend malade. Il ne put oublier ce souvenir, celui de leur maman, qui leur cuisinait chaque semaine, un tendre lapin à la moutarde. Il désirait tant retrouver ses parents, et vivre, ou revivre, ce qu'il n'a pas vécu. Mais ce rêve qu'il souhaitait fut impossible, d'autant plus que ses frères sont trop naïf pour comprendre son ressenti. Après tout, ils n'étaient pas présent lorsque ce massacre eu lieu.

 

[...]

 

Le soir venu, les sextuplets se trouvaient près d'un feu de camp, que Todomatsu avait fait. Tout le monde se réchauffaient et se racontaient des blagues, pour mettre de l'ambiance en ce froid glacial. Mais l'état et la pensée de Ichimatsu n'avait pas changé, il était resté le même, depuis ce midi. C'était vraiment inquiétant, et Choromatsu était angoissé de voir son frère triste.

Humm...Ichimatsu, vous voulez pas nous raconter quelque chose?
-.....Non. J'ai pas envie.

Osomatsu, inattentif se mit à rire et répliqua:

-Hé, Ichimatsu, ta fini de nous faire une mise en scène? Sérieux tu ferais un bon acteur; tu cherche à te faire intéresser ou ça se passe comment?
- Déjà toi je t'ai pas parlé, ferme d'abord ta gueule. Et puis laissez moi, je veux être seul pour ce soir..
-Hahahahaha, c'est bon calme toi, décidément tu prend tout à la mouche, ridicule.
-PUTAIN MAIS LAISSEZ MOI BORDEL! LAISSEZ MOI SEUL! JE VEUX PERSONNE AVEC MOI D'ACCORD??! MERDE ON NE ME COMPRENDRAS JAMAIS!

Ichimatsu, enragé se lève et repart vers son coin, tout seul, pour se coucher...malgré qu'il se lamentait discrètement.

...Osomatsu, franchement vous avez été dur avec lui.
-Ohhh c'est bon Choro, j'y suis pour rien moi. C'est lui qui s'est énervé pour n'importe quoi.
-..Mouais. Je pense qu'on devrait allez nous reposer; on en a besoin.
-Hum...oui, tu as raison.

C'est ainsi que Choromatsu versa de l'eau sur le feu pour l'éteindre, et que chaque Matsuno partent de leur côté pour se reposer près du chêne.

Minuit était passé, et les frères dormaient profondément. La pleine lune éclairait le doux visage d'Osomatsu, tandis qu'un souffle chaud traversa son corps. Subitement, l'aîné grogna dans son sommeil et bavait. Il tremblait, transpirait et sentit une odeur de sang lui monter au nez; comme si que cette odeur provenait d'un de ses frères. Osomatsu hurla tel une bête féroce et ouvrit ses yeux. Ses yeux furent noir, avec l'iris d'un éclat rouge rubis.

L'Alpha qui sommeillait en lui fut réveillé.

The Alpha is Awake by Johannaxshadow