Actions

Work Header

On pari ?

Work Text:

Le bruit de l'eau qui coulait.

« Ok, on reprend alors »

Un soupire se fit entendre.

« Non, pas comme ça. À gauche »

Un éclat de rire bref.

« Aïe, tu m'as écrasé le pied ! »

Un sautillement dans l'herbe tendre et un autre éclat de rire plus tard.

« Je sais que tu ne le fais pas exprès. On fait une pause. Si ça continue mes pieds ne vont plus pouvoir me servir. »

Un sac à dos qu'on dézippait, le bruit d'une bouteille d'eau, et surtout les émotions les plus pures que Jasper n'avait jamais senti. De l'amour, de l'amusement, un peu d'exaspération. Mais l'amour primait. C'était ça qui l'avait attiré telle une abeille par du miel, vers l'une des clairières de la forêt. Pour une fois, il n'avait pas été attiré par les deux battements de cœurs, mais par les émotions. Il avait senti rapidement l'odeur d'un des loups de La Push, mais la seconde odeur lui était inconnue. Emmett, qui était avec lui, l'avait suivi sans se poser de questions. Il était l'un des rare de la famille Cullen à apprécier les loups, ayant même des relations à la limite de l'amicale avec certains.

Un grognement alors que l'autre buvait de l'eau.

« Qu'est-ce qui se passe, Seth ? »

L'humaine n'était même pas un peu inquiète et avait une pleine confiance envers Seth, ce qui étonnait Jasper.

« Deux sangsues ! » Grogna le loup.

L'humaine devait sûrement être une imprégnée pour connaître le secret. La bouteille d'eau se referma.

Un bruit sourd, la voix de Seth résonna.

« Tu fais quoi ? »

« Tu crois que si je reste allongée comme ça, en faisant la morte ça les détournera comme les ours ? »

Le rire de Seth éclata, l'inquiétude et la peur venant du loup s'allégea légèrement.

« Tu es franchement frappée comme nana ! »

L'humaine soupira.

« Tu me réveilleras quand tu auras terminé ? » Demanda-t-elle.

Toujours aucune peur.

Cela aurait été le parfait moment pour Jasper pour attaquer. Sans le savoir, l'humaine avait détourné l'attention du loup. Mais ça ne l'intéressait pas. Il voulait seulement goûter un peu plus les émotions de l'humaine.

D'un signe de tête, Jasper encouragea Emmett à sortir du couvert des arbres. Malgré sa taille et sa musculature imposante, sa bonhomie avait tendance à rassurer les loups. Ce qui n'était pas le cas de Jasper avec ses nombreuses cicatrices, d'un passé plus sombre.

« Hey Seth ! Désolé, on ne voulait pas t'inquiéter avec Jasper. On ne fait que passer. »

Seth tremblait légèrement, signe avant-coureur d'une métamorphose. Il était bien trop proche de l'humaine et pouvait avec un geste brusque la griffer et déclencher un vrai bain de sang. Jasper décida d'envoyer un vague de calme vers le loup pour éviter l'accident. Même si l'odeur du loup camouflait en partie l'odeur de l'humaine, son sang sentait divinement bon. Jasper s'appuya sur l'arbre avec une nonchalance feinte. Inconsciemment il avait déjà élaboré dix schémas d'attaques lui permettant de se débarrasser d'Emmett et du loup pour pouvoir avoir l'humaine. Mais il tenait bien trop à la paix et à son envie de rédemption pour se laisser aller à ses pulsions naturelles surtout que son sang ne l'attirait pas réellement.

Emmett avait engagé la conversation avec le loup, laissant à Jasper le loisir d'observer cette étrange petite humaine. Elle était allongée au sol les bras le long du corps, pieds nus. Son rythme cardiaque était calme et régulier, comme une personne endormie. Il pouvait voir sa cage thoracique monter et descendre à un rythme régulier. Une paire de converse blanche était posée proche du sac à dos qu'il avait entendu un peu plus tôt. Ainsi allongée, le tissu de sa robe laissait apercevoir ses formes. La robe paraissait plutôt longue, ce qui pour cette génération pouvait paraître un brin conservateur. Sa peau pâle semblait si fine qu'il était capable de voir, à certains endroits, son sang qui circulait. L'humaine portait des lunettes de soleil ce qui l'empêchait de pouvoir cartographier correctement son visage. Ses cheveux étaient remontés en une masse informe sur le haut de son crâne, ainsi il pouvait apercevoir l'arrondie de ses épaules que la robe ne cachait pas. Deux bretelles fines retenaient la robe dans la nuque de l'humaine.

« … on va dire que les préparatifs du mariage de nos parents ont de quoi nous rendre fou ! »

Ainsi elle n'était pas une imprégnée, intéressant.

Un téléphone sonna signalant l'arrivée d'un message. L'humaine se releva rapidement prouvant qu'elle ne dormait pas. L'herbe avait imprimé un dessin complexe sur le dos nu de tissus de la jeune femme. Un grain de beauté au creux des reins, un autre sur la nuque. Un élan de désir traversa le corps du vampire. Il avait envie de lécher, d'embrasser, de mordiller cette nuque et cette chute de reins. Elle était élégante et gracieuse pour une humaine. Elle attrapa le téléphone dans le sac à dos, laissa passer une vague d'ennui et d'exaspération quand elle lut le message.

« On va devoir bientôt partir, Seth ! »

« Hey Bee, viens que je te présente ! »

Elle attrapa les chaussures qu'elle enfila rapidement. Retira les lunettes et les laissa tomber dans le sac et en sortie un sweat-shirt gris.

« C'est pas contraire à vos règles de loups ? On ne fait pas ami/ami avec les ennemies ? » Demanda la jeune femme alors qu'elle enfilait le vêtement tout en s'approchant de Seth.

Jasper retint un gémissement, le spectacle de son dos sexy était terminé.

« Sois proche de tes amis, et encore plus proche de tes ennemis » Répliqua instinctivement Jasper.

La corpulence de Seth l'empêchait encore de voir son visage. Inconsciemment, il la protégeait de Jasper.

« Sérieusement ? Citer du Coppola ? Un peu déçue de cette première rencontre vampirique. » Dit la jeune femme alors qu'elle détachait ses cheveux. « Tu vas me citer du Machiavel ensuite pour faire encore plus cliché ? Un truc du genre : si tu peux tuer ton ennemi, fais-le, sinon fais t'en un ami ? » Ajouta-t-elle alors qu'elle tentait de replacer correctement ses cheveux.

Elle s'installa au côté de Seth, le laissant apercevoir enfin son visage. Et quel visage. Divin.

« Tu préfères peut-être du Voltaire : Mon Dieu, gardez-moi de mes amis ! Quant à mes ennemis, je m'en charge ! » Demanda Jasper.

Un visage en forme de cœur, des lèvres pleines, un joli nez, des pommettes hautes, des sourcils dessinaient et surtout des yeux en amandes des plus expressifs. Ses yeux noisettes brillaient d'intelligence et d'excitation.

« Vérifie tes sources, chaton ! C'est Antigone II que tu cites là. »

« Réellement, chérie, tu penses pouvoir m'apprendre des choses ? » Demanda Jasper un sourire au coin des lèvres.

Les émotions de la jeune femme étaient délicieuses. Elle était délicieuse.

Emmett était stupéfait de l'attitude de la jeune femme. C'était la première fois qu'il voyait une humaine ne pas se démonter face à Jasper. Habituellement, il avait tendance à inspirer naturellement de la crainte. Et surtout l'attitude de Jasper qui semblait s'amuser comme un petit fou.

« On parie ? »

« Ok, on va arrêter là et on va dire que vous avez tous les deux raisons ! » Déclara Seth.

Seth était une nouvelle fois dépité par l'attitude de sa presque sœur. Quelle idée avait-il eut de l'emmener faire une pause ici ? Il allait se faire tuer par Sam, c'est sûr.

« On dit que si j'ai tort alors tu peux me demander tout ce que tu veux et vice versa ? » Demanda Bella en ignorant totalement l'adolescent.

« Tout ? Tu es sûre, chérie ? » S'assura Jasper en s'approchant de la frontière des deux territoires.

Seth gémissait pitoyablement. Il était carrément dans le pétrin là. Charlie allait le tuer, c'est sûr ! Il lui fallait une cachette et une bonne. Oui c'est sûr, il allait se cacher pour éviter les deux hommes.

Bella combla la distance, ils étaient séparés par la ligne imaginaire du traité entre les deux espèces.

« Totalement ! »

Elle lui tendit la main pour sceller, d'une poignée de main, ce pari. Elle le défiait, le menton relevé, un sourire aux lèvres. Il affichait la même attitude. Alors yeux dans les yeux, ils scellèrent le pari. Ignorant un Seth qui gémissait « ils vont me tuer, elle lui a touché la main » et un Emmett complètement hilare. Jasper n'avait pas envie de quitter cette main, mais voulait l'attirer à elle et la garder pour lui. Il ne savait pas pourquoi cette pensée lui traversa l'esprit.

« Jasper Whitlock »

Habituellement il utilisait le nom de Hale ou encore Cullen pour se présenter. Il ne comprenait pas pourquoi il avait utilisé son vrai nom de famille pour se présenter.

« Whitlock ? Hum... Intéressant ! Isabella Swan »

« Swan ? Intéressant ! La fille du Shérif ? »

Bella hocha la tête pour confirmer l'information. Leurs deux mains se détachèrent enfin.

« Emmett Cullen. Enfin si ça intéresse quelqu'un ? »

Bella lâcha du regard le grand blond. Elle pencha la tête vers l'autre vampire, dévoilant son cou fin et gracieux, et offrit un sourire chaleureux au grand vampire.

« Heureuse de faire ta connaissance, Emmett ! »

Seth continuait encore de gémir des propos incohérents derrière elle. Le portable de la jeune femme sonna une nouvelle fois, interrompant définitivement cette rencontre. Elle n'avait pas besoin de vérifier pour savoir qui lui envoyait un nouveau message. C'était là le signal de départ des deux.

« Seth, on va vraiment devoir partir. »

« Vous pouvez surveiller Bella pour moi ? » Demanda Seth alors qu'il se dirigeait derrière un arbre.

« Je n'ai pas 4 ans, Seth ! » Marmonna la jeune femme.

Elle savait très bien que son presque frère l'entendait. L'avantage des êtres surnaturels c'est qu'on a rarement l'occasion de crier, ils ont une excellente ouïe.

« Sois sage Bella, ou tu n'auras pas ton goûter ! »

« Seth ! Dépêche-toi au lieu de dire des idioties ! »

« Alors Bella, où te cachais-tu ? Pourquoi est-ce la première fois qu'on te voit ici ? » Demanda Emmett.

« Peut-être parce que j'étais à l'université ? Tu sais l'endroit où l'on fait des études après le lycée ? Et où l'on apprend à vérifier ses sources de citations. »

Esprit sarcastique, Jasper adorait ça.

« Tu sais très bien que j'ai raison, chérie. Tu ne veux juste pas admettre que tu as tort. » Soupira Jasper.

« Enfin plus sérieusement, j'ai fait mon lycée ici avant de partir pour la Fac. »

« Bella est diplômée de ... »

« Tais-toi Seth ! » Coupa Bella « Ça te prends combien de temps pour te transformer en chiot ? Accélère ! On va avoir des ennuis ! »

Seth lâcha un rire avant se transformer. Il revint quelques secondes plus tard sous sa forme de loup. Jasper avait beau les côtoyer depuis un moment, il était toujours impressionné par eux. La jeune femme se dirigea à son tour vers les arbres pour récupérer les affaires du jeune homme, qu'elle rangea dans le sac à dos avant de le porter. Jasper était captivé par la démarche de la jeune femme. Il se dit une nouvelle fois qu'elle était vraiment gracieuse.

« Allez petit poney ! » Lança-t-elle au loup.

Le loup grogna face à la remarque de la jeune femme avant de tenter de mordre les fesses de sa demi-sœur.

« Tentes de me mordre encore une fois et la prochaine fois je porte une paire de bottes avec des éperons » Menaça-t-elle le loup qui venait de s'allonger.

Jasper ne put s'empêcher de sourire face à l'amusement qu'elle ressentait. Emmett lui ne se gêna pas pour rire de la situation.

« Emmett, Jasper c'était sympa de vous rencontrer ! » Dit-elle en montant sur le loup.

Elle dévoila une appétissante cuisse laiteuse qui ne demandait qu'à être vénérée par lui. Les deux vampires la saluèrent avant de les regarder partir, emportant avec eux les sentiments purs de la jeune femme et les fantasmes qui s'étaient créés dans son esprit.

XX – On parie ? - XX

« Non, Elisabeth. Le contrat a été signé et je ne reviendrais pas dessus. Et non, je ne changerais pas d'avis sur la question. Alors je vous souhaite une bonne journée et surtout au revoir. » Finit Bella avant de raccrocher.

Il la repéra rapidement, avant qu'elle ne le fasse. Elle était exaspérée par sa conversation téléphonique, mais le sentiment s'effaça rapidement quand elle but une gorgée de sa boisson. Jasper l'entendit pousser un léger gémissement de plaisir. Emmett était content de la revoir et s'avança rapidement pour la rejoindre à la table de la terrasse qu'elle occupait.

« Isabella Swan. » Dit-il en s'installant sur la chaise en face d'elle.

« Tiens, mais ça ne serait pas Emmett Cullen. » Répondit-elle amusée.

Rosalie à côté de lui, s'agaça de voir son mari rejoindre l'humaine. Elle était au courant de la rencontre, c'était d'ailleurs une des rare de la famille à connaître l'histoire. Même si elle avait trouvé ça amusant, elle n'aimait pas qu'ils soient aussi proche des humains.

« Puis-je t'offrir un verre ? » Demanda Bella. « O positif, négatif, AB ? »

« Non, j'ai arrêté. » Dit Emmett hilare.

« Oh ! Tu en es à quel jeton d'abstinence ? »

« Le doré ! » Dit-il fièrement.

« Classe ! Félicitations d'avoir une telle volonté. »

« Merci ! Alors qu'est-ce que tu fais ici ? »

« Je recherche ma prochaine victime bien sûr ! Je n'ai pas autant de résistance que toi et j'ai repéré une part de gâteau au chocolat qui me fait de l'œil depuis tout à l'heure. » Avoua-t-elle avec un clin d'œil complice.

« Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de languir ce qu'elle s'interdit. » Cita Jasper, qui avait réussi à convaincre Rosalie de s'approcher.

« Oscar Wilde. » Répondit Bella. « Un peu mieux, mais je trouve ça encore terriblement cliché. »

Elle lui offrit un sourire mi-amusé, mi-provocateur. Il trouva son odeur encore plus alléchante sans celle du loup, mais bizarrement il n'avait pas envie d'y goûter.

« Je t'en prie installe-toi. » L'encouragea-t-elle.

Elle se pencha légèrement vers la table d'à côté pour lui présenter la chaise libre. Le décolleté de sa chemise blanche s'ouvrit un peu plus laissant apercevoir le soutient gorge en dentelle blanche qu'elle portait.

« Par contre, les yeux c'est plus haut, chaton. » Le réprimanda-t-elle amusée.

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets, les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées. » Répondit-il en attrapant la chaise et en s'installant à table.

« Molière est un meilleur choix. J'aime beaucoup cette pièce. »

« Bien ! » Intervint Emmett. « Avant que vous ne repartiez dans votre petit jeu des citations. Bella, je te présente ma femme, Rosalie. » Dit-il en encourageant sa compagne d'approcher.

Jasper la sentait encore septique, mais elle était aussi curieuse.

« Je suis enchantée de te rencontrer Rosalie. » Déclara chaleureusement Bella. « Tu peux te joindre à nous, si tu le désires. »

Contrairement à ce que Jasper avait pensé, Rosalie accepta la proposition après avoir salué brièvement la jeune humaine. Sans s'en rend compte, il se prélassa dans les émotions douces et chaudes de la jeune femme.

« Alors que fais-tu réellement ici ? » Demanda Emmett.

« J'évite l'agitation du mariage, mais surtout je cherche une robe pour l'événement. »

« Tu n'en as pas ? » Interrogea Emmett surprit.

C'était une surprise puisque le mariage arrivait rapidement.

« Techniquement, j'en ai une. Mais elle est arrivée en taille enfant. Donc, je suis obligée de trouver autre chose. »

« As-tu trouvé ? » Demanda Rosalie.

« Absolument pas. Je pense que je vais devoir aller à Seattle ou Portland. » Soupira-t-elle. « Mais au moins, j'éviterais la réserve un peu plus longtemps. »

« Un problème avec la réserve ? » Dit Jasper.

« Bonjour, que puis-je vous servir ? » Demanda la serveuse qui venait d'arriver.

Jasper avait tellement été pris dans les émotions et la contemplation de la jeune femme qu'il avait été totalement inattentif. Bella fut traversée par une vague d'amusement.

« Nous allons prendre, une part de gâteau au carotte, une au citron et une autre au chocolat avec deux expressos et un thé glacé, s'il vous plaît ? » Commanda joyeusement Bella.

« Tout de suite. » Dit-elle en repartant avec son calepin.

« Comptes-tu nous voir manger ça ? » Demanda Emmett amusé.

« Non, ce n'est que pour moi. Le goûter est un repas super important, Emmett. » Expliqua-t-elle sérieusement. « Et j'ai décidé de céder à la tentation. » Ajouta-t-elle avec un clin d'œil en direction de Jasper.

« Je pensais que c'était le petit-déjeuner le repas le plus important. »

« Non, Emmett, ce n'est qu'un complot des entreprises de céréales. »

Emmett éclata de rire face à la réponse. Rosalie laissa échapper un sourire, elle ne regrettait pas sa décision de s'installer à la table de l'humaine et trouvait d'ailleurs que c'était agréable de ne pas avoir à cacher sa nature. Jasper, lui, était clairement amusé. C'était la première fois qu'une humaine était capable de l'amuser, habituellement il les trouvait très lent et ennuyeux.

« Alors la réserve ? » Demanda-t-il.

« Tu sais ce que c'est. » Dit-elle en haussant les épaules. « Ils veulent, un truc moi je veux quelque chose d'autre. »

« Que veulent-ils ? »

« Mais que je reste loin des vilaines personnes et de la forêt. »

« Et toi ? »

« Qu'on ne décide pas pour moi. Je pense que je suis assez grande pour prendre soin de moi. » Déclara-t-elle fermement.

« Risques-tu quelque chose ? » S'inquiéta Rosalie.

Jasper fut surpris de la voir ressentir de l'inquiétude pour l'humaine.

« À part être banni de la réserve ? Pas grand-chose. Mais de toute façon comme je n'y vais pas souvent, je m'en moque un peu. »

« Et ton père ? »

Elle haussa les épaules une nouvelle fois. Son portable posait sur la table, choisit ce moment pour sonner, un numéro inconnu apparut sur l'écran. Elle fut agacée avant de finalement rejeter l'appel et de mettre le téléphone en silencieux tout en le laissant sur la table.

« La plupart du temps, c'est lui qui vient me voir chez moi. Je ne suis pas vraiment proche de lui. » Expliqua-t-elle alors que la serveuse déposait la commande sur la table. « Merci. »

« Tu es plus proche de ta mère ? »

« Pas vraiment. Je suis proche de Seth et c'est pour lui que je m'inquiète le plus. Sam lui a interdit de m'accompagner à nouveau en forêt. » Dit-elle en attrapant la part de gâteau aux carottes.

Jasper la regarda mettre un morceau en bouche à l'aide de la fourchette. Il ressentit tout le plaisir qu'elle éprouvait de manger le gâteau. Il se retint de pousser un gémissement quand il s'imagina à la place de la fourchette.

« Sam a-t-il tenté quelque chose sur toi ? » Demanda Emmett plus sérieusement.

« Il a essayé, mais ça m'a fait plus rire qu'autre chose. Il est persuadé que j'ai peur de lui. » Ricana-t-elle. « À vrai dire, ce qui m'agace réellement c'est qu'il n'a pas encore compris que la haine et l'intolérance sont les plus grands ennemis de l'Homme. Il n'a pas été très attentif durant ses cours d'histoire. Il devait sûrement imaginer comment avoir une baballe assez solide pour jouer avec. » Finit-elle malicieusement, faisant rire les autres. « Et vous, que faites-vous ici ? »

« On fuit la maison et Rosalie avait une commande à récupérer. » Répondit Emmett.

« Oh, je vois... » Dit-elle. « D'ailleurs, j'ai été impolie, mais j'espère que ça ne vous dérange pas que je mange devant vous. »

« En aucun cas, chérie. » Répondit Jasper en faisant traîner son accent du sud.

Un bref sentiment d'intérêt et de désir la traversa ce qui attira la curiosité de Jasper.

« Alors ? Que se passe-t-il pour qu'il y ait un désir de fuite ? »

Ils commencèrent à expliquer que c'était parfois difficile de vivre avec un télépathe et une voyante qui pensaient pouvoir contrôler tout le monde. La conversation dériva finalement sur d'autres sujets tantôt sérieux, tantôt léger. La jeune femme continuait à manger pendant ce temps. Elle avait une bonne répartie et faisait preuve d'une grande intelligence et tout autant de culture. Elle ne cherchait pas à connaître leurs vies privées, mais prenait toutes les informations qu'ils pouvaient donner avec une grande ouverture d'esprit. Son téléphone s'illumina plusieurs fois durant la conversation, toujours avec le même numéro inconnu.

« Pardonnez-moi, mais je vais devoir répondre. » Dit-elle agacée.

Elle attrapa son téléphone avant d'appuyer sur le bouton d'acceptation d'appel.

« Bella ? » Résonna une voix masculine.

« Max... Comme c'est étonnant. » Dit-elle avec ironie.

« Bella, tu ne peux pas faire ça ! »

« Je peux et je l'ai fait, Max. Et si tu pouvais arrêter de m'appeler ça serait chou. »

« Mon amour, s'il te plaît. » Supplia-t-il.

Jasper se sentit jaloux en comprenant qui se trouvait de l'autre côté du téléphone.

« Garde tes surnoms mielleux pour une autre, tu veux. Maintenant si tu veux bien disparaître pour toujours, je t'en serais éternellement reconnaissante. »

« Tu m'as remplacé par quelqu'un d'autre, c'est ça. » Dit-il avec un accent de jalousie.

« Bien sûr. » Déclara-t-elle en regardant Jasper dans les yeux. « Il est grand, je dirais un mètre quatre-vingt-dix, blond, avec un accent du sud super sexy. Et tu sais très bien que j'ai toujours rêvé de me faire un cow-boy, tout ce qu'ils savent faire avec un lasso, ça me rend toujours toute chose. » Détailla-t-elle en gardant ses yeux connectés au siens. « Sur ceux, à jamais Max ! Et dit à ta mère que je l'ai toujours détestée. » Termina-t-elle en raccrochant.

Rosalie et Emmett éclatèrent de rire, mais Jasper savait pertinemment qu'il n'y avait pas une once de mensonge dans ce qu'elle avait déclaré.

« Ex-petit ami ? » Demanda Rosalie.

« Pire ex-fiancé. Il pensait que coucher avec sa secrétaire et son bras-droit ne me dérangerait pas puisque apparemment nous étions dans une relation libre. »

« Bras-droit ? Femme ? » S'intéressa Emmett.

« Non homme ! » Gloussa-t-elle. « Le pire plan à trois jamais vu ! Et ce n'était clairement pas beau à voir. » Ajouta-t-elle avec une grimace de dégoût sur la fin.

« Parce que tu les as vu !? » S'exclama Emmett.

« Oui. » Acquiesça-t-elle. « Tant qu'à faire cliché, ils ont fait ça dans la maison qu'on venait juste d'acheter ensemble. » Ajouta-t-elle en riant.

Elle était clairement amusée par la situation et ne semblait pas triste du tout. Elle ressentait une sorte de soulagement. Jasper comprit alors qu'elle n'avait jamais voulu cette vie-là et que cette séparation était une aubaine pour elle. Il trouva son rire très communicatif.

« En tout cas, c'était sympa de vous revoir. » Dit-elle. « Mais je vais devoir partir, il commence à se faire tard et j'ai promis à Charlie de dîner avec lui. » Annonça-t-elle.

« Déjà ? » Demanda Emmett, déçu.

Lui aussi l'était, il avait envie d'en découvrir plus sur elle et encore profiter de ses émotions. Il avait l'impression d'être un junkie qui venait de découvrir une nouvelle drogue. Il n'avait pas vu le temps passer en sa compagnie et de la discussion qu'ils avaient eu ensemble.

« Elle a raison, Emmett. Nous aussi devons y aller et en plus il me manque un dernier colis. » Intervint Rosalie.

« D'accord. » Soupira-t-il. « On devrait y aller maintenant alors, ça risque de bientôt fermer. » Ajouta-t-il en consultant sa montre. « Tu viens avec nous ou on se rejoint à la voiture ? » Demanda-t-il à Jasper.

« La voiture. » Répondit-il.

Encore une fois, Emmett avait compris ce qu'il voulait. Rosalie hocha la tête et lui envoya une vague d'acceptation et de compréhension. De toute façon, il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir qu'il appréciait la compagnie de la jeune femme.

« Donne-moi ton numéro, Bella. Si tu veux une partenaire de shopping pour ta robe, j'aimerais beaucoup t'accompagner. » Dit Rosalie.

« C'est vrai ? Oh ça serait génial ! Merci Rosalie. » Se réjouit Bella en lui donnant son téléphone.

Rosalie l'attrapa et entra son numéro avant de le rendre à la jeune femme. Si ce n'était pas une marque d'acceptation, il n'y connaissait rien.

« Je t'envoie un message demain pour te dire quand je suis libre, d'accord ? » Demanda Bella.

Rosalie acquiesça et la salua une dernière fois avant de partir avec son compagnon. Bella se tourna vers lui et lui lança un regard plein de curiosité.

« Pourquoi es-tu resté ? » Demanda-t-elle avec douceur.

« Je me disais que je pouvais profiter encore un peu de ta compagnie et pourquoi pas te raccompagner jusqu'à ta voiture, si tu acceptes ? »

Elle pencha la tête sur le côté et dévoila à nouveau ce cou qu'il trouvait très gracile, avant de lui sourire.

« J'accepte. » Dit-elle en acquiesçant. « Laisses-moi juste régler la facture et nous pouvons y aller. »

« Je vais le faire. » Répondit-il en se levant.

Elle posa sa main sur la sienne pour l'arrêter. Il se figea de nouveau à la sensation de sa main sur lui. Il avait l'impression que sa main le brûlé, mais pas d'une façon désagréable au contraire même.

« Jasper, s'il te plaît. Laisse-moi faire ça. » Lui demanda-t-elle en se levant. « C'est très gentil à toi, mais j'ai consommé donc c'est à moi de payer. » Expliqua-t-elle avant de s'éloigner pour entrer dans le petit café.

Il aurait pu protester et la prendre de vitesse, mais à la place il la laissa faire. Il comprenait son désir d'indépendance et il faut dire qu'il put profiter de la voir bouger. Il n'avait jamais imaginé qu'un jean pouvait être aussi sexy. Il avait adoré la robe sur elle la dernière fois, mais préférait largement cette tenue qui ne cachait pas ses hanches et ses fesses rondes. Et la paire de sandales à talons qu'elle portait lui apporté une cambrure sensuelle et des jambes dessinaient à la perfection.

Elle revint vers lui quelques minutes plus tard et attrapa le blazer qu'elle avait laissé sur la chaise qu'elle occupait. Il ne put résister à la tentation de lui dégager les cheveux qu'elle avait coincés dans sa veste. Il s'émerveilla de la douceur, de la texture et de la richesse de la couleur. Habituellement, il ne s'approchait pas des humains car c'était plus difficile pour lui de résister à la tentation, mais pas avec elle. Et il avait même l'impression que c'était plus facile à supporter les autres avec elle autour de lui.

« On y va ? » Demanda-t-elle.

Il acquiesça avant de lui offrir son bras qu'elle agrippa en souriant.

« Alors, comme ça un cow-boy blond du sud ? » Demanda-t-il, la faisant rire. « Intéressant. »

XX – On parie ? - XX

Rosalie était clairement irritée par l'attitude d'Alice. Cette dernière avait découvert qu'elle allait faire du shopping à Seattle, mais heureusement elle n'avait pas découvert la présence de Bella dans ses visions. Et maintenant, Alice insistait pour venir, surtout qu'Emmett et Jasper étaient aussi de la partie. Elle ne semblait pas comprendre que son attitude était de plus en plus agaçante pour eux. Ils avaient tellement l'impression d'être contrôlé : rien ne pouvait se faire sans l'accord d'Alice et de ses visions. Alors qu'ils savaient que celles-ci n'étaient en aucun cas quelque chose de fixe. Finalement, Carlisle intervint en faveur des trois qui réussirent à s'échapper de la maison. Ils récupèrent Bella qui logeait dans la maison du shérif en ville. Jasper était persuadé que cette créature était sur Terre uniquement pour le tenter. Elle les attendait dehors, vêtue d'une robe bleue qui moulait à la perfection ses courbes, même sa paire de converse blanche n'arrivait pas à assagir la tenue.

« Bonjour ! » Lança-t-elle rayonnante en s'installant à l'arrière du véhicule.

Elle irradiait de joie de les retrouver, pas un seul sentiment négatif ne venait ternir son humeur. Jasper ferma brièvement les yeux pour profiter de ça, c'était la première fois qu'il ressentait ça venant d'une personne. Habituellement il y avait toujours un ou deux autres sentiments sous-jacents, mais pas chez elle. Mais surtout, elle contaminait les autres par sa bonne humeur. Rosalie et Emmett la saluèrent tout aussi chaleureusement.

« Bella. » Dit-il avec un mouvement de tête.

« Cow-boy. » Répondit-elle amusée. « Alors comment allez-vous aujourd'hui ? Aucune difficulté à fuir ?»

« Un peu, mais Carlisle a réglé ça. » Répondit Rosalie. « Et toi ? »

« Aucun problème pour moi, aujourd'hui. C'est l'avantage de vivre seule. »

La conversation dériva rapidement sur d'autres sujets et les plus de trois heures de routes vers Seattle passèrent très rapidement. Elle était restée constante dans ses émotions. Jasper n'avait quasiment pas parlé, il s'était juste contenté de profiter de cette bulle chaleureuse et douce que la jeune femme semblait capable de créer autour d'eux. Et les battements de son cœur avaient un côté très apaisant.

« Pourquoi avoir choisi ce centre commercial-là ? » Demanda Rosalie alors qu'ils se garaient sur le parking.

« Il est en pleine air, je me suis dit que ça serait plus facile pour vous. » Répondit-elle en descendant de la voiture. « Et puis je veux que Emmett garde son jeton d'or. » Ajouta-t-elle avec malice.

« C'est prévenant de ta part. »

« C'est normal, Rosalie. Je pense que le trajet en voiture a déjà dû être compliqué, je ne voudrais pas ajouter de l'inconfort en plus. » Expliqua-t-elle en enfilant le gilet qu'elle avait emporté avec elle.

Une nouvelle fois, Jasper en profita pour retirer les cheveux coincés sous le vêtement. Elle lui adressa un sourire de reconnaissance.

« C'est vrai que tu sens bon. » Avoua Emmett. « Mais bizarrement je n'ai pas envie de ça. »

« Je... Merci, je suppose. » Répondit-elle amusée.

« Je croyais être la seule à penser ça. » Réalisa Rosalie étonnée.

« C'est pareil pour moi, Rose. » Dit Jasper.

« Chouette ! Ça veut dire que je ne serais pas le prochain goûter ! » Gloussa Bella. « Bon, on y va ? Ou nous allons passer notre journée sur le parking ? »

« Par quoi veux-tu commencer ? » Demanda Rosalie.

« Je dois absolument passer aux toilettes et ensuite manger ! »

« Tu vas dire que le déjeuner est le deuxième repas le plus important de la journée ? » Demanda Emmett amusé.

« Non, le troisième, juste après le petit-déjeuner. » Répondit-elle sérieusement, mais avec une lueur d'espièglerie dans le regard. « Sinon, je ne sais pas trop quel magasin faire. Si tu as une idée, je suis preneuse. »

« Allez emmenons l'humaine faire ses trucs d'humains. » Dit Emmett en attirant sa femme vers l'entrée du centre commercial.

Bella attrapa le bras que lui tendait Jasper en lui offrant un nouveau sourire. Son touché le déconnecta une nouvelle fois de son environnement. Il avait un bon contrôle, contrairement à ce que pouvait penser certains membres des Cullen, mais Bella semblait rendre l'expérience encore plus facile. Il se fit la réflexion que la jeune femme devait sûrement posséder un don puisque son odeur n'était pas alléchante, même après avoir passé trois heures avec elle dans un espace clos.

Elle accepta qu'il lui paye son déjeuner et il resta avec elle alors que Rosalie et Emmett était partie ailleurs. Il avait adoré passer ce moment rien qu'avec la brune. Les deux jeunes femmes s'étaient données rendez-vous un peu plus tard devant un magasin pour la partie essayage. Bella avait été d'accord avec la proposition de la blonde. Le magasin était haut de gamme, mais pas non plus une grande marque de luxe, elle avoua même qu'elle adorait cette enseigne et y aller régulièrement. Normalement, Jasper et Emmett n'accompagnaient jamais jusqu'à l'intérieur du magasin, mais ils avaient décidé de le faire cette fois-ci. Bella rendait définitivement la corvée beaucoup plus agréable.

« Dois-tu porter une couleur spécifique ? » Demanda Rosalie, en regardant les robes devant elle.

« Pas vraiment, je ne serais qu'une invitée. Mais si on peut oublier le blanc, le jaune et le rose ça me va. »

« Tu n'es même pas témoin ? » S'étonna-t-elle.

« Non, j'ai été déchu de mes droits. » Rigola-t-elle.

« Sam ? »

« Le conseil. » Répondit-elle en haussant les épaules. « Ça va peut-être être froid ce que je vais dire, mais si ils m'empêchaient d'assister à ce mariage, je n'en serais même pas déçue. Au contraire, je trouve ça très enfantin et immature. » Déclara-t-elle en sortant une robe du portant. « Mais parlons d'autre chose, la journée est trop belle pour être gâchée par des idiots. Qu'en pensez-vous ? N'est-elle pas horrible ? Je devrais peut-être la prendre. »

« Tu devrais l'essayer. » Encouragea Emmett.

« Oh oui ! On devrait carrément organiser un concours de la tenue la plus moche ! » Dit-elle amusée par l'idée.

Emmett s'enflamma directement pour la proposition d'activité. Il venait enfin de trouver une partenaire consentante pour le suivre dans ses bêtises. Rosalie décréta qu'elle s'occupait de trouver une vraie tenue, ce que Bella accepta rapidement parce qu'elle n'avait pas l'envie de le faire. Jasper décida d'être juge du concours. Ils s'amusaient comme jamais et se retrouvèrent rapidement habillé des pires combinaisons de vêtements possible.

« Bella ? Es-tu prête pour le vrai essayage ? » Demanda Rosalie.

« Oui, oui, vas-y entre. » Répondit-elle.

Rosalie entra dans la cabine avec plusieurs robes à la main. Emmett et Jasper attendaient dans le salon pour assister au véritable défilé. Il ressentit rapidement la peine provenant de Rosalie, il fronça les sourcils ne comprenant pas pourquoi.

« Elle n'est pas très belle, n'est-ce pas ? » Murmura Bella en enfilant l'une des robes. « Peux-tu m'aider à la fermer, s'il te plaît ? »

« Que s'est-il passé ? » Demanda-t-elle en remontant la fermeture.

« Une opération un peu plus compliquée que prévu. »

« Il y a des conséquences ? »

« Hystérectomie complète, donc prise d'hormone pour compenser. »

Ils entendirent tous la réponse de la brune et le bruit de ses mains qui passaient sur les plis de la robe. Jasper se focalisa à nouveau sur ses sentiments, ignorant totalement la peine de Rosalie, la brune acceptait totalement la chose.

« J'aime beaucoup cette robe. » Déclara-t-elle.

« Tu ne peux pas avoir d'enfant alors. » Murmura Rosalie.

« Non, mais je n'en ai jamais voulu. » Dit-elle en se tournant vers elle. « Qu'en penses-tu ? »

« Elle est jolie, mais tu peux trouver mieux. » Répondit Rosalie après un temps. « Mais tu ne regrettes pas ? »

« Je ne peux pas regretter quelque chose que je n'ai jamais connu, Rosalie. »

Le rideau se tira pour dévoiler Bella dans une très jolie robe à fleur.

« Vous en pensez quoi ? » Demanda-t-elle.

« Jolie, mais trop sage pour toi. » Répondit Emmett.

Bella se tourna pour se regarder une nouvelle fois dans le miroir de la cabine.

« Je crois que tu as raison, Emmett. » Dit-elle après un petit temps de réflexion.

Elle se tourna vers eux et afficha un grand sourire.

« J'ai besoin de quelque chose qui choquera les vieux coincés ! » S'exclama-t-elle.

Jasper percevait l'amusement pur qu'elle ressentait. Elle était à deux doigts de sautiller sur place et d'applaudir face à son idée. Emmett avait raison, la robe lui allait bien, mais elle ne collait pas à la personnalité pétillante et pleine de fougue de la jeune femme. Elle entra à nouveau dans la cabine où Rosalie l'attendait pour l'aider. Jasper s'éclipsa pour trouver la robe qu'il avait repéré un peu plus tôt dans le magasin. Il était persuadé qu'elle était faite pour Bella. Il revint rapidement vers le salon d'essayage où Bella était cette fois-ci vêtue d'une robe mauve un peu moins sage, mais ça ne lui ressemblait pas encore.

« Tu devrais essayer celle-ci. » Déclara-t-il en lui tendant la robe.

Elle hocha la tête avant d'entrer à nouveau dans la cabine. Il écouta attentivement le froissement du tissu et laissa dériver son esprit. Rapidement, il s'imagina la jeune femme nue. Une nouvelle fois, il se surprit à avoir de telles pensées pour elle. Le rideau de la cabine s'ouvrit pour laisser apparaître une divine apparition. Le décolleté bénitier de la robe laissait entrapercevoir la poitrine ronde et nue de la jeune femme. Le satin bleu de la robe moulait à la perfection le reste de son corps. En soit la coupe était simple, mais la plastique de la jeune femme était vraiment mise en valeur.

« Parfaite ! » Déclara Emmett.

Jasper dû se retenir de lâcher un grognement d'avertissement. Il n'y avait que lui qui avait le droit de dire ça. Il sentait le regard perçant de Rosalie sur lui. Elle était à deux doigts de le menacer si il ne faisait pas quelque chose ou plutôt si il ne disait pas quelque chose.

« Qu'en penses-tu, Jasper ? » Demanda nerveusement la brune.

« Magnifique. » Souffla-t-il.

Elle lui envoya un sourire éblouissant et était vraiment heureuse d'entendre sa réponse.

« Alors, je la prends. » Déclara-t-elle en repartant vers la cabine.

Le dos nue de la robe dévoilait les deux grains de beauté qu'il avait repéré des jours plus tôt sur elle. Il serra les poings afin de se retenir de la rejoindre pour de bon.

« Elle te fait tant d'effet que ça ? » Se moqua Emmett à voix basse.

Les deux jeunes femmes continuaient de discuter dans la cabine d'essayage, alors que Bella se changeait. Jasper laissa échapper un grognement d'avertissement et lui lança un regard noir. Emmett leva les mains en signe de paix.

« Peut-être que c'est elle. » Murmura-t-il en se levant et en rejoignant Rosalie qui venait de quitter la cabine.

« Ne lui fais pas de mal, Jasper. » Dit Rosalie durement.

Ainsi la reine des glaces s'était prise d'affection pour l'humaine, pensa Jasper. Ça ne le surprit même pas. L'incapacité d'enfanter de l'humaine avait touché Rosalie. Du moins sa phrase sur le regret de quelque chose qu'elle n'avait pas goûté.

« As-tu besoin de chaussures, Bella ? » Demanda Rosalie alors que la brune sortait de la cabine.

« Ça vous dérangerait ? »

Ils nièrent avant de l'entraîner vers le rayon chaussure. Une nouvelle fois, Bella et Emmett gloussaient à chaque fois qu'ils se montraient les chaussures les plus laides ou improbables. Bella finit par trouver une ravissante paire de sandale noir, simple, mais qui allait parfaitement avec la robe. Jasper en profita pour l'aider à les lui enfiler.

« Ça fait très Cendrillon. » Gloussa-t-elle en se relevant.

« Cela fait-il de moi ton prince ? » Demanda-t-il en lui tenant les mains alors qu'elle faisait quelques pas.

« Je ne sais pas... As-tu un château ? »

« Non, mais ça peut s'arranger. » Déclara-t-il en la faisant tourner sur elle-même.

Elle était clairement amusée par la situation. Il lui fit faire quelques pas de danse avant de la faire tourner une nouvelle fois sur elle-même et de la réceptionner contre lui. C'était la première fois qu'il était aussi proche d'elle. Malgré la hauteur des chaussures, elle atteignait à peine son menton. Il trouva sa taille parfaite et adaptée à lui. Ses yeux bruns brillaient de malice et de douceur. Il avait l'impression de plonger dans un puits sans fond, mais la chute était tellement agréable.

« Avez-vous vraiment décidé de nous faire un remake de comédie musicale ? » Se moqua Emmett.

Jasper avait une nouvelle fois occulté le monde autour de lui. Toute son attention s'était focalisée sur les yeux, l'odeur et le rythme cardiaque de l'humaine qu'il tenait entre ses bras. Bella détourna son regard pour fixer le grand brun, dévoilant son cou à Jasper. Il lui donnait envie. Il avait envie d'y poser ses lèvres pour goûter à la texture tendre de sa peau.

« Bien sûr, Emmett et tu auras le rôle de celui qui pense être drôle alors que c'est tout le contraire. »

Emmett rigola alors que Rosalie lâcha un rire plus léger. Jasper ferma brièvement les yeux pour reprendre contenance. Il n'avait toujours pas lâché la brune et n'en n'avait pas l'envie, mais il allait devoir le faire pour qu'ils puissent continuer leur journée. Il regretta immédiatement l'absence de chaleur que la jeune femme dégageait, mais le spectacle de ses hanches qui se balançaient au rythme de ses pas atténua un peu le manque. Peut-être qu'Emmett avait raison. C'était peut-être elle.

XX – On parie ? - XX

Il se sentait nerveux à l'idée de savoir Bella à la réserve. Certes, elle était théoriquement en sécurité, mais il connaissait le comportement des Loups Quileute. Il suffisait d'une simple provocation pour qu'ils mutent, et Bella n'était vraiment pas le genre de personne à garder sa langue dans sa poche. Son téléphone s'illumina rapidement lui indiquant qu'un message venait d'arriver. Il lâcha un sourire quand il découvrit que Bella était à nouveau chez elle. Il ouvrit la baie vitrée de sa chambre avant de s'élancer vers la maison de la jeune femme.

Une chance pour lui, il était seul à la villa Cullen et n'avait donc aucun compte à rendre et aucune explication à donner alors qu'il faisait le mur. D'ailleurs, ça commençait aussi à l'agacer ce besoin de se justifier à chaque fois qu'il voulait sortir. C'était limite si il n'en avait pas l'interdiction, du moins, il devait à chaque fois être accompagné. Comme si il allait se jeter sur le moindre humain qui passait sous son nez.

« Tu as fait vite. » Déclara-t-elle en lui ouvrant la porte à laquelle il venait de sonner.

Il ne lui répondit rien, il en était incapable. Si il l'avait trouvée magnifique quelques jours plus tôt, ce n'était en rien comparable à aujourd'hui. Elle s'était coiffée et maquillée avec application, donnant ainsi un peu plus de profondeur à la beauté naturelle qu'elle était.

« Tu es somptueuse. » Murmura-t-il complètement éblouit.

« Merci, Jasper. » Répondit-elle gênée.

De légères rougeurs avaient pris place sur ses pommettes. Il ne résista pas à la tentation de toucher la peau si douce et chaude de l'humaine. Elle ferma immédiatement les yeux et poussa un léger soupir. Son cœur accéléra légèrement alors qu'elle lui envoyait en pleine face une vague de bien-être. Sa main se posa franchement contre son visage alors que son pouce caressait sa joue. La main de Bella remonta pour se poser contre la sienne. Elle ouvrit à nouveau les yeux et il se fit une nouvelle fois happer par son regard.

« Veux-tu entrer ? »

« Je ne sais pas si ça serait raisonnable. »

« Il ne faut rien faire que de raisonnable mais il faut bien se garder de faire toutes les choses qui le sont. »

« Montesquieu ? »

« Bien. » Approuva-t-elle en s'éloignant de lui et en ouvrant un peu plus la porte.

Il décida de céder à la tentation et d'entrer. Non pas qu'il n'avait pas le droit de se trouver là, la maison se trouvait théoriquement sur le territoire des Cullen, mais il était à deux doigts de céder et de ravir la jeune femme. Elle était bien trop tentante pour lui.

« Tu pars ?! » S'exclama-t-il surprit en découvrant une valise prête dans l'entrée.

« Oui, demain. » Avoua-t-elle.

« Comptais-tu me le dire ? » Demanda-t-il avec une pointe de colère.

« Oui... Je ne devais pas partir normalement, mais il y a un problème au boulot et j'ai dû avancer mon départ à demain. » Expliqua-t-elle calmement.

Il fronça les sourcils, insatisfait de la réponse. Il savait pertinemment que la jeune femme ne resterait pas ici éternellement, mais il n'avait pas envie de la voir partir.

« Puis-je t'accompagner à l'aéroport ? »

« Je ne sais pas si c'est une bonne idée, Jasper. »

« Pourquoi ? »

« Je pense que je ne serais pas capable de partir. »

« Alors, reste. »

« Je ne peux pas. Je suis désolée. » Soupira-t-elle à regret.

Elle ressentait exactement les mêmes émotions que lui. C'était aussi douloureux pour elle que pour lui, cette décision de départ.

« Je devrais y aller. » Déclara-t-il.

« Jasper, s'il te plaît. » Dit-elle en tendant une main vers lui.

Il avait tellement envie de l'attraper et de l'attirer vers lui, mais il savait que si il faisait ça alors il ne pourrait plus jamais la laisser partir. À la place, il recula doucement avant de quitter la maison. Cette séparation lui laissait un goût amer et un élan de colère. Il s'enfonça dans la forêt pour calmer sa colère et se changer les idées.

XX – On parie ? - XX

« Seth ? Que fais-tu ici ? » Demanda Carlisle qui venait d'ouvrir la porte de la villa Cullen.

« J'ai un paquet pour Jasper. » Répondit joyeusement l'amérindien.

Jasper dévala rapidement les escaliers pour rejoindre le reste du clan qui venait juste d'apparaître dans l'entrée. Il attrapa le carton que lui tendait le jeune homme.

« Tu devrais l'ouvrir. » L'incita Seth.

« Tu ne vas pas avoir d'ennui ? » Demanda Emmett.

« Un peu plus, un peu moins. » Haussa-t-il des épaules.

Jasper ouvrit avec précaution le carton. Une enveloppe à son nom, ainsi qu'un livre se trouvait à l'intérieur. Il les récupéra avant de poser le carton au sol. Il avait l'impression de reconnaître le parfum sur les deux objets, mais l'odeur du loup le gâchait un peu. Il fronça des sourcils en lisant le titre du livre. Seth venait de lui donner un énième livre sur la guerre de Sécession. Malgré tout, sa curiosité resta piquée car il n'avait pas l'impression de reconnaître le titre du livre. Il le retourna pour y lire le résumé, mais un post-it le cachait.

« J'ai appris à vérifier mes sources, Major. » Lut-il à voix basse.

Il éclata de rire avant d'enlever le post-it. Le visage de la jeune femme qu'il avait rencontrer des mois plus tôt apparut.

« Elle est vraiment ? » Demanda-t-il à Seth sans même finir sa phrase.

« Professeur d'histoire, spécialisée sur la guerre de Sécession ? Affirmatif. J'ai jamais eu d'aussi bonnes notes en histoire grâce à elle. » Gloussa Seth.

Emmett attrapa le livre pour regarder à son tour la quatrième de couverture.

« Je n'arrive pas à le croire ! » S'écria-t-il. « Mais elle est super jeune pour avoir un doctorat. »

« Elle a terminé le lycée à quatorze ans et elle a passé son doctorat en juin dernier. » Expliqua-t-il.

« Donc Harvard ? » Siffla-t-il impressionné en lisant la petite biographie dont il était coutume de faire paraître sur ce genre de livre.

« Yep ! Un vrai génie ! Ils se la sont arrachées. » Gloussa-t-il. « Tu devrais ouvrir l'enveloppe, Jasper. »

Il hocha à nouveau la tête avant d'obéir. Il essaya une nouvelle fois d'être le plus délicat possible. Il comprenait aussi pourquoi il connaissait l'odeur. Une invitation à son nom pour une conférence sur la guerre de Sécession était glissée à l'intérieur, un nouveau post-il était collé au dos.

« Viendras-tu vérifier tes sources ? » Lut-il une nouvelle fois à voix basse.

« C'est la dernière fois, qu'elle en fera une. »

« Ah ? »

« Elle a démissionné en juillet avant de venir ici. »

« Pourquoi ? »

« Elle n'aime pas vraiment enseigner, elle préfère la recherche. Mais avant ça elle a décidé de prendre un peu de vacances. »

« C'est pour ça qu'elle ne pouvait pas rester. »

« Oui, elle aime respecter ses engagements. Iras-tu ? »

« Tu devrais, Jasper. » Dit Rosalie doucement.

« Mais de quoi parlez-vous ? » Piailla Alice avec impatience.

« Dois-tu lui apporter une réponse ? » Demanda Jasper en ignorant Alice.

« Non, elle m'a simplement demandé de te déposer ça. C'est à toi de faire ton choix maintenant. D'ailleurs, je vais y aller. Passez une bonne soirée ! » Déclara-t-il avant de faire demi tour sans vraiment attendre de réponse. « Oh et Jasper ? Ça serait stupide de passer à côté de ça par peur. » Ajouta-t-il avant de s'enfoncer dans la forêt en courant.

Carlisle ferma la porte perplexe face à la situation, alors que Esmé et Alice mouraient de curiosité. Seul Edward ressentait comme Emmett une forme d'amusement.

« Elle l'est. » Déclara Edward en regardant Jasper dans les yeux.

« Qui est quoi ? » Demanda Alice.

« La compagne de Jasper. Notre petite Bella est la compagne de Jasper. » Gloussa Emmett.

« Quoi?! » S'écria Alice.

« Tu as rencontré ta compagne ? » Demanda Esmé incrédule.

Ses doigts traçaient nerveusement le contour de l'invitation. Il n'avait pas envie de répondre à ces questions, il ne voulait que lire ce livre qui venait de lui être livré. Il avait envie de le récupérer des mains d'Emmett et de le garder précieusement. Mais en même temps, il n'avait qu'une envie de faire sa valise pour rejoindre la brune qui pensait toujours à lui contrairement à ce qu'il pensait. Elle lui avait envoyé quelques messages, mais il ne lui avait jamais répondu. Il s'était interdit de croire en la possibilité de quelque chose. Elle lui semblait intouchable, mais peut-être qu'elle ne l'était finalement pas.

« Jasper ? » Demanda Carlisle.

« Bella. J'ai rencontré, Bella cet été. » Avoua Jasper. « Elle est humaine donc je n'ai aucune garanti qu'elle le soit. »

« Oh arrête, elle t'a enroulé autour de son petit doigt à la minute où vous vous êtes rencontrés. » Râla Emmett.

Jasper sourit au souvenir. Emmett avait raison, il avait été fasciné par elle non pas à la minute où ils s'étaient rencontrés, mais dès qu'il avait perçu ses émotions. Il récupéra le livre qu'Emmett avait toujours entre ses mains et regarda le portrait de la jeune femme qui trônait sur la quatrième de couverture.

« C'est vrai. » Acquiesça-t-il.

« Tu l'as rencontré, Emmett ?! » S'écria Alice.

« Ouais, elle est super drôle. D'ailleurs, je n'ai jamais su lequel d'entre vous avez gagné le pari. »

« Elle. C'est elle, elle avait raison. » Gloussa légèrement Jasper.

« Le grand Jasper Whitlock battu par une humaine. » Siffla Emmett impressionné. « Et que t'a-t-elle demandé ? »

« Rien, je ne lui ai jamais dit qu'elle avait raison. »

« Raison de plus pour que tu ailles la rejoindre. » Déclara Rosalie en lui souriant.

« Un pari ? » Demanda Carlisle amusé.

« Jasper et Bella ont décidé de se livrer une petite bataille de citations. Jasper a fait une erreur qu'elle a relevé, ce qu'il n'a pas voulu croire. Celui qui prouvait à l'autre qu'il avait raison pouvait demander ce qu'il voulait. » Expliqua Edward qui avait eu accès aux pensées de la petite scène. « Elle a l'air très amusante. »

« Cette fille est géniale ! » S'écria Emmett.

« Elle est parfaite pour Jasper. » Dit Rosalie.

« Tu la connais aussi ? » Demanda Esmée.

« Oui, je suis allée faire du shopping à Seattle avec elle. »

« C'est pour ça que tu ne voulais que je sois là. » Dit Alice boudeuse.

« Non, c'est surtout parce-que quand nous voulons faire les magasins et que tu es là, nous n'avons même pas le choix dans ce que nous voulons acheter. Tu veux toujours décider pour tout le monde. » Répondit froidement Rosalie.

« Rosalie. » Réprimanda Esmée doucement.

« Rosalie a raison. » Approuva Jasper. « C'est aussi pour ça que je n'ai pas parlé de Bella. Vous m'auriez empêché de passer du temps avec elle, car elle est humaine. »

« Bien sûr, c'est trop dangereux pour elle. Tu aurais pu la vider de son sang. » Pesta Alice.

« Oh s'il te plaît ! Jasper a un meilleur contrôle que tu ne le crois. Mais surtout le sang de Bella n'est absolument pas tentant. » Râla Emmett.

« Et si Bella est vraiment sa compagne comme nous le pensons alors Jasper était incapable de lui faire le moindre mal. La seule chose qu'il pouvait faire c'était la changer. » Ajouta Rosalie.

« Elle est humaine ! Il faut la laisser comme ça ! Elle a d'autre chose à penser que de devenir comme nous, où elle sera incapable d'avoir des enfants ou même de profiter de la vie. C'est pour cela que Jasper ne devrait pas y aller. C'est beaucoup trop dangereux pour notre sécurité ! » Tempêta Alice. « Je l'ai vu. » Affirma-t-elle après un blanc de quelques secondes.

« Tu mens. » Répondit simplement Jasper.

« Non ! Je sais ce que j'ai vu. »

« Edward ? » Demanda Jasper.

« Elle n'a eu aucune vision. » Avoua-t-il.

« Pourquoi fais-tu ça, Alice ? » Demanda Carlisle perplexe.

« Parce qu'Alice espère toujours qu'il se passe quelque chose entre nous. » Dit Jasper.

« C'est moi qui t'ai offert une vie meilleure ! » Cria Alice.

« Peut-être, mais tu m'as aussi enfermé dans une cage dorée. »

« C'est ce que tu penses vraiment, Jasper ? » Demanda Esmée triste.

« Parfois. » Avoua-t-il en s'éloignant pour rejoindre sa chambre.

« Vas-tu la retrouver ? » Demanda Emmett.

« Je ne sais pas, je dois y réfléchir. » Murmura-t-il avant de fermer la porte.

Il avait besoin d'être seul, de réfléchir, mais surtout d'assouvir sa curiosité sur le livre que la jolie brune avait écrit. Il écoutait d'une oreille distraite Emmett et Rosalie parlaient de Bella, alors que lui se plongeait dans une écriture fluide et agréable.

XX – On parie ? - XX

Il observait ses lèvres se mouvoir pour laisser échapper les mots, mais il n'écoutait absolument rien. Enfin son cerveau enregistrait, alors que lui préférait se focaliser sur elle et cartographier cette beauté brune. Il ne comprenait pas pourquoi elle n'aimait pas enseigner car elle transmettait son savoir avec douceur, mais aussi amusement. Il finit par se laisser emporter par la foule qui sortait de l'amphithéâtre. Cependant, il ne fit pas un pas de plus et prit appui contre le mur pour pouvoir la retrouver.

Elle passa la porte dix longues minutes plus tard en compagnie de plusieurs des conférenciers avec qui elle discutait. Il détailla avec joie son corps mis en valeur par un tailleur pantalon stricte. Ses cheveux étaient relevés en un chignon sage et elle portait une paire de lunette de vue. Elle ne ressemblait en rien à la jeune femme qu'il avait rencontrer quelques mois plus tôt, mais une nouvelle fois il fut charmé par elle.

Elle tourna la tête et capta enfin son regard. Son visage si expressif lui donna toutes les pensées qui se bousculaient dans sa tête et ses émotions étaient en accord avec cela. Elle passa de la surprise, à l'incrédulité pour finir par de la joie pure et simple. Elle lui offrit alors le sourire le plus lumineux et chaleureux qu'il n'avait jamais vu. Il ne pu s'empêcher de lui répondre.

« Isabella ? » Demanda un des hommes.

« Pardonnez-moi, Henry. » Dit elle en se tournant vers lui. « Je vous rejoindrais plus tard. » Déclara-t-elle, avant de s'avancer vers lui.

Jasper ne quitta pas sa place et la laissa s'approcher de lui. Les collègues de la jeune femme l'interpellèrent, mais elle n'en avait que faire. Elle voulait juste savoir si ce n'était pas une divine apparition.

« Tu es venu. » Souffla-t-elle heureuse.

« Je ne pouvais pas manquer ça. Cette fois-ci c'est à moi de t'apprendre certaines petites choses. » Déclara-t-il avec un grand sourire.

Il la regarda sourire avant de rire légèrement puis son expression se fit sérieuse et en un rien de temps la brune se colla à lui pour lui offrir une étreinte. Il l'entoura alors lui aussi de ses bras et fourra son visage contre ses cheveux pour profiter de son odeur qui lui avait tant manquée. Il retrouva à nouveau la douce chaleur qu'il avait déjà ressentie plusieurs fois avant ça. Il se sentait tellement idiot de ne pas l'avoir suivi ce jour-là. Surtout que rien ne le retenait à Forks.

« Tu m'as manqué. » Avoua-t-il à voix basse. « Pardonnes-moi, Bella. »

Elle se recula légèrement pour plonger ses yeux dans les siens. La main de Bella se posa contre son visage et son pouce commença à caresser doucement sa pommette.

« Tu n'as rien à te faire pardonner, Jasper. »

Jasper posa sa main contre la sienne et en profita pour l'attraper pour lui déposer un baiser dessus.

« Bien sûr que si, j'ai été bête de partir ainsi et d'avoir ignoré tes messages. »

« Nous ne pouvons pas réécrire le passer, il nous faut l'accepter pour pouvoir vivre un avenir lumineux. »

« De qui est-ce ? » Demanda-t-il intrigué.

« Moi. » Gloussa-t-elle.

Il rigola à son tour avant de l'attirer à nouveau dans une étreinte. Il était sûr cette fois-ci de ne plus vouloir la laisser s'échapper. Il ne savait pas si elle avait compris le lien qui les unissait, mais il avait la sensation que c'était le cas. Et il espérait qu'elle accepte de le rejoindre dans cette vie.

« Docteur Swan ? »

Une nouvelle fois, il avait complètement occulté les humains autour de lui. Il remarqua alors que les conférenciers, qui accompagnaient sa belle, étaient toujours présent. Bella se détacha de lui pour se tourner vers la femme qui l'avait interpellée.

« Je vous rappelle que vous devez être présente à la soirée de ce soir. » Dit-elle sèchement.

« J'y serai, Elisabeth. Mais pour le moment, comme je suis libre d'obligations je vais prendre congés. Messieurs-dames à ce soir.» Déclara-t-elle fermement.

Elle lui tendit sa main, qu'il s'empara, en saluant brièvement les humains d'un mouvement de tête. Elle le tira dans le dédale des couloirs de l'université d'Harvard avant d'atteindre ce qui était son bureau.

« Bel endroit. » Siffla-t-il impressionné.

« Je le déteste. »

« Pourquoi ? »

« Sous couvert de savoir, tu as en faite affaire aux pires de ce que tu peux trouver dans l'humanité. Si ils peuvent te pousser au bord de la falaise pour prendre ta place, ils se feraient une joie de le faire. »

« C'est pour ça que tu as démissionné ? »

« Oui. Je ne me vois pas travailler dans un tel environnement. Et je déteste ce côté racoleur pour obtenir des subventions. J'avais l'impression de me prostituer pour pouvoir avoir assez de fonds pour faire mes recherches. »

« Que vas-tu faire maintenant ? »

« Je ne sais pas. » Avoua-t-elle en haussant les épaules.

Elle enfila son manteau pour se protéger de la fraîcheur de l'hiver de la côte Est. Jasper en profita une nouvelle fois pour l'aider.

« Et si je te propose de me suivre ? »

« Es-tu sûr ? » Murmura-t-elle bouche bée.

« Je sais que mon existence est bien fade sans toi. »

« Donc je te servirais de saltimbanque ? » Demanda-t-elle.

Il s'avança la faisant reculer doucement jusqu'à l'accoler au mur. Il posa une nouvelle fois une main contre son visage pour l'inciter à le relever vers lui alors que son autre main se posait contre sa taille.

« Pas que. » Murmura-t-il en s'approchant de ses lèvres. « Tu serais aussi mon amie, ma confidente, mon amour et mon amante. » Expliqua-t-il à voix basse en frôlant ses lèvres.

Leurs yeux ne se quittaient pas. La respiration de Bella s'était accélérée, tout comme son cœur. Sans le savoir, elle lui envoyait des vagues de bonheur et d'amour.

« Où dois-je signer ? »

« Ne veux-tu pas y réfléchir ? Tu perdrais la possibilité de voir tes parents. »

« Je ne suis peut-être pas proche d'eux, mais ils m'ont apporté la plus grande leçon de mon existence. Quand l'amour se présente à votre porte, il ne faut en aucun cas le laisser vous échapper. »

Il lui sourit avant de combler la distance entre leurs lèvres. Elles étaient pleines, douces, chaleureuses et tellement enivrantes. Il était sûr qu'il serait incapable de se rassasier. Mais il se devait d'être raisonnable alors avant que ça ne dégénère, il se recula. Mais il en était sûr maintenant, c'était elle. Il venait enfin de trouver sa compagne.

« Tu sais que tu avais raison pour la citation. » Murmura-t-il à son oreille.

Ils étaient au milieu de la piste de danse de la fête qui était donnée pour célébrer la fin du cycle de conférence.

« Alors que désires-tu ? »

« Toi pour l'éternité. » Répondit-elle en le regardant droit dans les yeux.

« Avec plaisir. »

Il lui sourit avant de s'éloigner d'elle et de lui tendre la main. Lui donnant ainsi l'invitation pour un futur qui allait s'annoncer des plus doux et chaleureux pour eux. Pour la première fois en plus de deux cents ans d'existence, Jasper se sentit en paix et serein, grâce à elle. Sa divine et magnifique compagne.